Francois-Régis Tézé

Le blog d'un passionné d'histoire

francois-regis-teze

L’histoire de l’Opéra Garnier

Edifice mythique et majestueux de la capitale française, l’Opéra Garnier se dresse parmi les immeubles haussmannien du 9eme arrondissement de Paris. Le monument se compose d’une architecture éclectique. Sa construction fut décidée par Napoélon III.

Opera Garnier , Paris, FRANCE-1998

Opera Garnier , Paris, FRANCE-1998

Alors que Napoléon III se rend en carrosse à l’Opéra, des anarchistes italiens à la solde de Felice Orsini lancent des projectiles sur la foule. L’Empereur et son épouse l’impératrice Eugénie,  réchappent miraculeusement de cet attentat. Le lendemain même du drame, l’Empereur décide la construction d’une nouvelle salle.  Il ambitionne de créer un théâtre lyrique somptueux, une véritable vitrine de l’Etat. Un endroit tendance, où l’on peut y exhiber son ascension, sa concubine, sa passion pour la musique. Un lieu incontournable au sein des nouveaux quartiers dessinés par le baron Haussmann.

Un concours est mis en place pour désigner le nouvel architecte en charge du projet de création de l’Opéra. Un arrêté impérial daté du 29 décembre 1860 fait mention de l’organisation de ce concours concernant l’édification d’une «  Académie impériale de musique et de Danse ».

Charles Garnier, malgré son jeune âge, décide de participer au concours et de défier les 171 concurrents. A la surprise générale, il se distingue des grands pontes de l’architecture et se voit confié la construction de cet ouvrage. Il mélange les styles dans une harmonie pure et luxueuse.

Le choix du lieu est suggéré par le préfet Haussmann, il impose d’importantes contraintes au lauréat du concours et L’attentat de l’opéra Le Peletier incite à trouver un site rapide d’accès pour l’empereur, qui loge dans l’aile Richelieu du Louvre. Le percement de l’avenue de l’Opéra a pour vocation de parachever la sécurisation des sorties au spectacle de Napoléon III.

Les façades à peine achevées, Napoléon III demande à Haussmann d’agencer une avenue reliant le Palais des Tuileries, où il réside, à l’édifice crée par Garnier. Large et dotée d’un accès direct au pavillon de l’Empereur, cette rue n’a d’autre fonction que de permettre au souverain de circuler sans risque d’un nouvel attentat.

En 1867, à la demande de l’Empereur, l’Opéra est inauguré en grande pompe bien avant que le reste du bâtiment soit terminé.

L’impératrice Eugénie commenta ainsi les plans : « Qu’est-ce que c’est que ce style-là ? Ce n’est pas un style !… Ce n’est ni du grec, ni du Louis XV, pas même du Louis XVI. » et Charles Garnier de répondre : « Non, ces styles-là ont fait leur temps… C’est du Napoléon III ! Et vous vous plaignez ! »

En raison du conflit qui oppose l’Empire à la Prusse, Les travaux sont interrompus. Les bâtiments inachevés sont utilisés pour y stocker des vivres pour nourrir les chevaux en campagne. La défaite de Sedan, puis les événements de la commune de Paris ne change rien à la situation. Ensuite les difficultés économiques de la France à cette époque, et le symbole que représente l’Opéra en opposition à cette nouvelle République et au sein de ces nouvelles élites, la décision d’achever la construction se fait attendre.

Toutefois, ldans les flammes d’un incendie. Charles Garnier est rappelé afin d’achever la construction du nouvel Opéra. L’inauguration a lieu le 05 janvier 1875.

FR Teze

FR Tézéfrançois régis tézégarnierNapoléonopera

FR-Teze • 8 août 2016


Previous Post

Laisser un commentaire

Your email address will not be published / Required fields are marked *